Fiche métier

Devenir Maçon

Le 18/07/2012


1) Bonjour Yves. Pourriez-vous présenter le métier de maçon ?
Le maçon est un spécialiste du gros œuvre. Il pose les fondations et monte les murs à l'aide d'une truelle et d'un fil à plomb.

2) Quel est votre parcours et votre formation ?
Petit, je voulais déjà être maçon en voyant travailler mon père. Lui et mon grand-père étaient déjà maçons. Pendant les vacances et très souvent aussi durant les week-ends, j'aidais mon père : c'est ainsi que j'ai appris le métier. J'ai commencé réellement à être maçon après ma classe de troisième. Je n'aimais pas beaucoup l'école. Mon père m'a alors proposé de travailler avec lui après que j'ai eu obtenu mon CAP constructeur d'ouvrages du bâtiment en aluminium, verre et matériaux de synthèse.
Lorsque j'ai acquis une certaine expérience et de compétence après quelques années de dur labeur, je me suis décidé à être artisan, et travailler à mon compte.

3) Quels sont les aspects les plus difficiles de votre travail ?
Le bon démarrage d'un chantier dépend avant tout de la compétence du maçon. Il doit suivre impérativement les recommandations et instructions du géomètre, se référer à ses plans, effectuer les tracés et faire des repérages. Le travail demande une excellente condition physique. Il exige aussi un sens de l'équilibre et ne pas avoir de vertige car la plupart du temps, le maçon travaille en hauteur sur les échafaudages. Enfin, pour sa survie, il doit respecter à la lettre les consignes de sécurité car les chutes sont parfois mortelles et les blessures sont graves et handicapantes.
Les conditions de travail sont difficiles, heureusement, elles ont été améliorées grâce à la venue des machines notamment pour le transport, la manutention de matériaux, l'évacuation des gravats. Le maçon travaillant à l'extérieur, dépend donc de la météo, clémente ou pas. En été, il fait chaud, en hiver, il gèle.

4) Quelles sont les qualités requises pour exercer votre métier ?
Le maçon travaille souvent loin de son domicile, se déplaçant d'un chantier à un autre. Il lui faut donc être toujours disponible et s'adapter aux nouvelles circonstances.

5) En quoi consiste le métier de maçon ?
Je confectionne les mortiers (mélange d'un liant, comme la chaux et d'agrégats, comme le sable avec de l'eau. J'assemble les murs en briques, pierres ou parpaings. J'utilise des élévateurs, des bétonnières, des vibrateurs pneumatiques. Sur les gros chantiers tels que les ponts ou viaducs, le mortier est substitué par la technique du moulage, démoulage. J'utilise alors des coffrages pour fabriquer des pièces en béton armé.

6) Quel est le salaire de début et de fin de carrière du maçon ?
Le salaire du débutant est de : 1 200 euros mensuel ; en fin de carrière avec une grande expérience, il pourra espérer toucher 2 000 et 2500 euros .

7) Pourquoi avoir choisi ce métier ?
Je n'aime pas travailler sous les ordres d'un patron ou d'un chef d'équipe. Sur le chantier, je me sens libre et je n'ai pas de compte à rendre sauf bien entendu à mes clients. Je peux organiser le travail comme je veux en toute liberté.

8) Pour quelles raisons avez-vous choisi ce métier ?
J'aime travailler dans la rénovation de l'ancien. Je suis attaché à la pierre. Travailler sur de l'ancien, c'est plus valorisant que de monter les parpaings. On part de quelque chose de dégradée et endommagée et on arrive à en faire quelque chose de beau et de splendide c'est réjouissant et ça donne un sentiment que l'on a fait du beau travail. On est content de ce que l'on a réussi à faire.
En outre, dans la rénovation, la routine n'existe pas. Aujourd'hui, je pose du placoplâtre, demain, je crée une ouverture dans un mur et s'il pleut je coule la dalle pour une salle de bain en attendant de retourner à l'extérieur.
Donner satisfaction à mes clients, telle est ma devise ! Mon entreprise est connue grâce au bouche à l'oreille. Ce sont mes clients qui me font la publicité .

9) Quels conseils donneriez-vous à quelqu'un désirant devenir maçon ?
Dans une petite entreprise, il faut savoir être polyvalent. Dans les grandes entreprises, en revanche, il faut se spécialiser. En rénovation, il faut faire attention à ne pas casser les matériaux anciens. Il ne faut pas trop regarder sa montre et compter ses heures et accepter de travailler dans des conditions atmosphériques difficiles : il peut faire très chaud comme il peut faire très froid dans un chantier. Pour ne jamais rester inoccupé, il faut savoir diversifier ses activités en faisant par exemple de la plomberie, de la menuiserie et de l'électricité pendant qu'on est bloqué par la neige ou le gel.

Merci de nous avoir fait partager votre expérience.

Dans la même rubrique
A vous la parole

Partagez vous aussi votre expérience professionnelle. Plus il y aura de fiches, plus Vocajob.com sera utile pour aider les étudiants à s'orienter.

Commentaires (0)